Etre solidaire

« Etre solidaire » : thématique pour l’année 2014-2015

Les projets tutorés réalisés ont répondu, chacun à leur manière, au thème « être solidaire ». On trouve en effet cette expression aussi bien dans les initiatives des acteurs de terrain que dans certains discours politiques, à chaque fois que l’on s’interroge sur la constitution, le  fonctionnement et les enjeux d’un collectif. Cette expression commune  présente l’intérêt d’affirmer que dans une société marquée par l’individualisme de ses membres, la solidarité peut constituer un rempart contre certaines difficultés sociales et économiques rencontrées par les publics fragiles, et constitue le socle d’une société visant l’égalité entre ses membres. Enfin, le thème inspirera aussi l’analyse des réussites et des difficultés éventuelles rencontrées. Pourquoi cette question du « être solidaire » se révèle-t-elle si compliquée à mettre en œuvre ? En quoi la recherche d’un tel objectif peut apporter une satisfaction collective ? En quoi se heurte-t-elle à certaines valeurs sociétales contemporaines ?

Les 7 projets réalisés

7 équipes projet au sein de la 6ème promotion se sont constituées cette année, en voici des présentations à partir de différents supports :

« Je, Tu, Il, Nous sommes solidaires », projet réalisé par Pauline, Michaël, Emmanuelle et Mathilde

Nous avons créé un partenariat entre le Nanterre Handisport, association de foot-fauteuil, et l’école Henri Wallon de Nanterre.

Ce projet «  Je, Tu, Il, Nous sommes solidaires » a eu pour objectif de sensibiliser les enfants au handicap par le biais du handisport. Nous sommes donc intervenus dans une classe de CP lors de quatre demi-journées, et, dans une classe de CE2 durant huit demi-journées. Lors de certaines de nos séances, des joueurs du Nanterre handisport étaient présents afin d’échanger autour du handisport et également du handicap.

Notre projet s’est clôturé par une journée rencontre au gymnase Léo Lagrange de Nanterre, où nous avons mis les enfants « en situation de handicap » afin qu’ils puissent éprouver le temps d’une journée le handicap dans des activités de la vie quotidienne. Les joueurs de l’équipe du Nanterre handisport était présente afin de donner des conseils aux enfants et d’échanger autour du quotidien.

Rencontre, partage, entraide, solidarité, échange, ont été les maîtres mots de notre projet «  Je, Tu, Il, Nous sommes solidaires ».

Une interview sur la radio Agora pour bien comprendre le projet :  radio

« Bénévole, pourquoi pas moi ? », projet réalisé par Mélodie, Armelle et Marie

Trois étudiantes de deuxième année accompagnent des habitants du petit-Nanterre vers le bénévolat.

Cette année, les projets tutorés de la 5ème promotion, avaient pour thème « Etre solidaire ». Et pour nous, être solidaire c’est partager, donner de soi.

Le Petit Nanterre, ancien bidonville ayant accueilli de nombreux étrangers essentiellement issus d’Afrique du Nord dans l’après-guerre, est un quartier aux influences culturelles diverses. C’est ici que nous avons découvert, l’association NAHDA qui lutte contre les inégalités sociales et propose un accompagnement pour favoriser l’intégration par le biais d’ateliers sociolinguistiques, d’animations festives et culturelles et une aide administrative. C’est dans cette optique que l’association a créé en 2012 « le Kinkéliba », café social situé dans un local au foyer des Primevères de l’organisme ADOMA.

Ce quartier, enclavé dans Nanterre, d’après nos recherches préalables et les témoignages des habitants, a un fort besoin d’ouverture vers l’extérieur. Après avoir lu un article à son propos sur le site internet de la mairie de la ville, nous avons décidé d’établir un partenariat avec l’association NAHDA, dans le but de proposer à ses bénéficiaires un accompagnement au bénévolat.

« Notre objectif ? Le partage solidaire ! »

Devenir bénévoles peut permettre aux habitants de s’ouvrir à d’autres quartiers ou à d’autres villes par exemples, en partageant une activité avec des gens issus d’autres horizons. Il s’agit également de favoriser leur insertion sociale en insistant sur la nécessité de respecter des horaires et un cadre définis. Cette action aide aussi à ces personnes souvent sans emploi de lutter contre une forme d’isolement et d’occuper leur temps libre.

Nous avons accompagné Moussa et Saïd, respectivement d’origine ivoirienne et algérienne d’une quarantaine d’années, pour la préparation des plats chauds aux Restos du Cœur à l’entrepôt d’Argenteuil.  Après cette première expérience, nous avons eu l’heureuse surprise d’entendre les deux hommes nous dire : « Ça m’a fait du bien d’aider les autres, de me sentir utile » ; «  Aider les autres c’est quelque chose de normal pour moi. Quand quelqu’un a besoin il faut être solidaire. »

Nous espérons voir ce projet pérennisé. Après avoir observé ce que cet acte leur a apporté nous espérons que d’autres membres de l’association pourront à leur tour s’engager.  Nous comptons beaucoup sur le bouche à oreille et la communication pour que ce projet s’étende au plus grand nombre et lui permettre d’évoluer vers une solidarité qui s’inscrira dans le temps.

« Solidarité Zy’Va », projet réalisé par Lise, Ichraffe et Justine

Trois étudiantes de DUT Carrières sociales souhaitaient sensibiliser des jeunes à la solidarité de proximité. C’est dans ce cadre qu’elles ont rencontré l’association de quartier Zy’Va à Nanterre.

La volonté des jeunes, des étudiantes, des membres de Zy’Va et de son directeur a permis au Projet « Solidarité Zy’Va »  de voir le jour.

Tous ensemble nous réalisons de multiples actions : distributions solidaires, maraudes, sensibilisations au handicap, etc.11358743_10207372656103648_976696942_n

Ce projet a été une expérience enrichissante pour tous les participants. Il nous a permis de constater qu’être solidaire peut commencer dans son quartier. De plus, il a montré que les jeunes issus de quartiers populaires pouvaient être acteurs d’actions solidaires.

Zy’Va est une association porteuse de projet et très active dans le quartier …. deux atouts qui nous ont permis de mener à bien notre projet !

« Des stylos dans la main, nous ne faisons qu’un », projet réalisé par Eugénie, Solène et Anaïs

C’est avec quelques papiers et stylos dans nos sacs et des idées plein la tête que nous avons décidé de proposer des ateliers SLAM pour parler de solidarité avec les jeunes.

C’est le 14 mars que nous nous sommes envolées vers la liberté d’expression et la solidarité par la mise en place d’un projet slam au sein de l’association CERISE à Nanterre. Elle accueille des jeunes collégiens et lycéens rencontrant des difficultés scolaires ou en décrochage par une mise à disposition de plusieurs ateliers tant culturels, ludiques, éducatifs ainsi que par du soutien scolaire au quotidien.

Ce projet ambitieux s’est construit grâce à la richesse de la mixité des collégiens présents et de leurs vécus. Huit ateliers ont été réalisés pour aboutir à une connaissance du slam (son histoire, sa forme d’expression etc…), à la réalisation de slams individuels par la présence d’un slameur amenant son professionnalisme et sa passion puis un slam collectif grâce à une solidarité forte, l’entraide, une meilleure estime de soi… C’est par le talent des « slameurs en herbes » qu’un book a été concrétisé. Alors venez nombreux le consulter au sein de l’association pour que tu puisses, toi aussi, nous dire ce que tu as sur le cœur !

image slameurpage slamslamatelier slam

« Nanterre pas ta ville », projet réalisé par Dorine, Priscillia et Yann

Après avoir constaté que la réputation de la ville de Nanterre était majoritairement négative, nous avons alors décidé de nous pencher sur ce fait pour notre projet tutoré solidaire.

Lors de nos recherches, nous avons constaté que les enfants étaient rarement consultés pour des projets municipaux. C’est pour cette raison que nous avons décidé de travailler avec des enfants sur la ville de Nanterre.

Notre projet a consisté en la création d’une maquette d’un Nanterre idéal pour des enfants. Cette réalisation a donc été produite par les classes de CP et CE1 de l’école des Jacquets à Nanterre. Ces architectes en herbe y ont travaillés à raison de deux heures par semaine pendant un mois. Toutes les réalisations ont été produites avec des cartons de récupération et de la peinture.

arbre Ces enfants ont pu reproduire les éléments qu’ils aiment dans Nanterre ainsi que des éléments qu’ils aimeraient y voir. Un compte rendu du projet et plusieurs photos de la maquette réalisée ont ensuite été envoyés au service enfance de la mairie de Nanterre. Qui sait peut être que ce Nanterre imaginaire existera un jour ?

Plus de détails sur le projet ici

 ville