Quartier du petit Nanterre

Le quartier du « Petit Nanterre » a été après la guerre, un territoire d’accueil de la vague d’immigration de la population nord-africaine. De par son passé, ce quartier est géographiquement enclavé. Il rencontre des difficultés économiques avec : un fort taux de logements HLM (80%), des difficultés sociales (principalement liées à la drogue), un sentiment d’insécurité et un taux élevé d’échec scolaire. Cependant, malgré tous ces problèmes, ce quartier veut changer son image et cela commence à évoluer lentement grâce aux politiques mises en place. Tout d’abord, étant considéré comme une zone urbaine sensible (ZUS), la politique de la ville met en place le projet de renouvellement urbain social (PRUS). Ensuite, grâce à une politique de désenclavement du quartier, le projet social de territoire se développe. Cette évolution positive sur ce quartier n’est pas seulement due aux politiques de la ville. En effet, les institutions présentes sur ce quartier y participent largement, avec des buts différents, mais complémentaires, afin de faire vivre le quartier et de le revaloriser. Par exemple, l’A2CSPN qui est une association ayant pour but de lutter contre les exclusions ; le GAO qui permet aux jeunes de 11 à 21 ans de se réinsérer ; l’association ZY’VA qui favorise la réussite scolaire des jeunes du quartier et le lien social ; le « théâtre du bout du monde » qui permet de créer du lien intergénérationnel au travers d’activités ; le « vivre mieux au Petit Nanterre » qui a pour but d’améliorer le cadre de vie et le CASH qui représente un lieu emblématique puisqu’il occupe 10% de la superficie du quartier.

Une diversité d’actions sont mises en place en direction des jeunes, telles que l’animation d’ateliers (basés sur le multimédia, le théâtre, dans une optique éducative, culturelle, artistique…), des suivis et des accompagnements dans leurs démarches ou leur quotidien, un soutien à la parentalité, des actions de médiation sociale ou encore des permanences juridiques (travail, logement, protection sociale, droits des étrangers).

De plus, afin de faire vivre le quartier tout au long de l’année, les acteurs cités précédemment et les services de la ville (sport, santé, jeunesse…) se sont mobilisés pour proposer aux habitants des animations culturelles et festives pour animer l’espace public en soirée.

Annuaire des ressources sur le quartier