L’ISOLEMENT DES PERSONNES ÂGEES

UNE NOTION COMPLEXE, DES RÉPONSES DIVERSIFIÉES

On peut constater à la fois sur le terrain et à la fois auprès de la mairie de Nanterre que la ville accueille une population relativement jeune. Or, il ne faut pas oublier les 14,6% (d’après l’INSEE) de personnes âgées qui résident à Nanterre et dont certains sont en situation d’isolement et/ou de précarité. Selon le dictionnaire « Larousse », l’isolement est la séparation d’un individu ou d’un groupe d’individus des autres membres de la société.

isolement

De ce constat, de nombreuses actions sont mises en place pour lutter contre cette solitude. Il existe, en effet, des associations en faveur des personnes âgées isolées. Par exemple, l’association Le Club Amitié et loisirs des seniors. Cette association existe depuis 1976. Elle organise diverses activités, telles que sociales avec la société et donc lutter contre la solitude que des activités sportives, des festivités, des sorties, des voyages, des activités dans les quartiers, des actions de solidarité ainsi que des actions intergénérationnelles. Celles-ci permettent de maintenir un lien.

Le Président de l’association nous accueille avec le sourire au 22, avenue Louis-Meunier à Nanterre dans le hall de l’entrée du club Amitié et loisirs des Seniors. Nous découvrons alors un lieu convivial dans lequel les personnes se croisent et se saluent.

Le Président nous a ensuite invité à prendre place dans la salle d’activité. L’échange démarre alors dans la bonne humeur.

Avant de commencer l’interview le Président nous informe que cette association a une caractéristique particulière car ce sont des personnes membres de l’association qui compose le bureau.

D’autre part, il tient à préciser que c’est aux personnes âgées de se diriger vers l’association, et non l’association qui vient taper à leur porte.

Les activités proposées sont adaptés à l’âge et aux capacités de chacun. Il y a des personnes aussi bien âgées de 60 que de 90 ans.

Il nous explique que malgré une population relativement jeune, Nanterre compte 12 000 retraités. Il y a une politique enfance et jeunesse sur Nanterre très développée, mais le secteur « dépendance » pour les seniors est assez important aussi. Il y a néanmoins toute une partie de la population de Nanterre qui ne sera jamais intégrée dans ce programme, du propre choix de ces personnes.

Le Club propose plusieurs activités, à différents niveaux selon les âges.

Des activités sportives, des festivités sont organisées ainsi que des sorties et voyages. Le lien intergénérationnel est maintenu grâce à des activités dans les quartiers ou des actions de solidarité et actions intergénérationnelles (dons aux associations, Restos du Cœur, soutien aux anciens adhérents, chants, contes, spectacles dans les écoles et les maisons de retraite)

Le lien intergénérationnel ne doit pas être une contrainte, il faut que ce soit un projet spontané, qui est à l’initiative de l’équipe d’animation ou des retraités et des jeunes. Cela concerne également les retraités entre eux : il y un fossé de génération entre ceux de 60 ans et ceux de 80/85. Il faut donc adapter les activités selon l’âge.

Si l’association ne touche pas tout le monde, c’est aussi car les jeunes retraités ne veulent pas aller dans les « maisons de vieux » car ils se sentent encore jeunes. Il y a également le problème des jeunes retraités qui doivent s’occuper de leurs parents. La solution serait de les tirer vers le haut au maximum et conserver un lien entre les générations de retraités, entre parents et enfants.

Un forum a été mis en place pour les jeunes et futurs retraités départementaux pour les informer des différents programmes seniors, écoutes de leurs attentes et de leurs besoins, de leurs envies d’activités.

Il y a aussi le souci de répondre à la problématique de la précarité. Un partenariat  avec l’association « Les petits frères des pauvres » est alors mis en place. Celle-ci lutte contre la précarité tout en gardant un lien avec le club pour les loisirs. Cette collaboration permet aux personnes âgées des visites régulières, des sorties, des aides financières pour gérer leurs budgets, etc.

Cet entretien nous a permis de voir que de réelles actions ont été mises en œuvres pour replacer les retraités dans la dynamique de Nanterre. En effet, la préoccupation du centre est de créer des initiatives.

Nous nous sommes, de ce fait, particulièrement intéressées à la problématique du lien intergénérationnel qui pouvait se jouer sur la ville. Cette dynamique est un des projets phares de l’association. En effet, un des objectifs du club est de lutter contre la solitude des personnes âgées et pour ce faire le développement des relations avec les plus jeunes est un moyen d’y remédier.

Un partenariat avec une école maternelle a donc été pensé par le bureau et mis en place. Ce projet consiste à faire intervenir des personnes âgées volontaires de l’association dans une classe de maternelle pour y conter des histoires, mettre en place des activités ludiques et manuelles. Le but étant de favoriser l’échange entre les tous petits et leurs aînés.

Au début, l’action se déroulait 1 fois tous les deux mois. Forte de son succès, l’initiative s’est développée à raison d’une fois toutes les deux semaines. En outre, ce partenariat s’est élargi à une classe de CP.

Cette initiative a été très bien perçue à la fois par les personnes âgées et par les enfants. En effet, cela a permis aux retraités de renouer le contact avec une dynamique différente et d’entrer en relation avec une société qui peut parfois leur paraître étrangère. Et pour les enfants, notamment pour les primaires, de les sensibiliser à une autre génération. En effet, en plus des contes les personnes âgées ont pu témoigner de leurs vécus.

Face à cette réussite, l’association, sur l’initiative des adhérents, a souhaité étendre ce partenariat en faisant une annonce dans un collège, de la mise en place de la possibilité de rendre des « petits services » (courses, poste, etc.) aux adhérents de l’association contre une petite rémunération.

Cependant, ce projet n’a pas pu aboutir faute de réponse favorable de la part des jeunes. En effet, après avoir discuté avec eux, est ressorti un manque de volonté dû à l’incompréhension de l’intérêt de l’initiative. Les jeunes ne se sentaient pas concernés par le maintien du lien intergénérationnel, notamment, avec les plus âgés. Le président de l’association reconnait que pour que ce projet soit mené à bien il faudrait le travailler plus en amont.

Ce projet collectif nous a permis de réfléchir à la place des personnes âgées dans la dynamique d’une ville. En effet, à travers nos stages nous avons eu davantage l’habitude d’intervenir auprès de jeunes ou d’adultes. Et il est vrai, que l’isolement et la précarité des retraités est aussi une problématique qui peut relever de l’action de l’éducateur spécialisé.

GANZITTI Amélie, PREVOST Julie, SAINTE-ROSE Clarisse